Tri sélectif

Le tri écologique des déchets et la collecte sélective sont des écogestes consistant à séparer et récupérer les déchets selon leur nature pour leur donner une «seconde vie», le plus fréquemment par le recyclage évitant ainsi leur simple destruction...



Catégories :

Gestion des déchets - Écogeste - Développement durable

Un point de collecte sélective des déchets

Le tri écologique des déchets et la collecte sélective sont des écogestes consistant à séparer et récupérer les déchets selon leur nature pour leur donner une «seconde vie», le plus fréquemment par le recyclage évitant ainsi leur simple destruction par incinération ou abandon en décharge et donc de diminuer son empreinte écologique.

L'expression pléonastique tri sélectif[1] est actuellement remplacée par la notion de «collecte sélective des déchets» ou celle de «tri écologique des déchets».

En 1884, Eugène Poubelle, préfet du département de la Seine[2], en France, inventa la poubelle. Il prévoit déjà la collecte sélective : trois boîtes à déchets sont obligatoires, une pour les matières putrescibles, une pour les papiers et les chiffons et une dernière pour le verre, la faïence ou les coquilles d'huîtres ! Mais ce règlement n'est que partiellement respecté et il faudra attendre près d'un siècle pour que le tri soit mis en place, vers 1970.

Cela dit, le tri des déchets a cela de spécifique qu'il implique chaque citoyen individuellement, et concourt à le responsabiliser dans sa conduite environnementale. En effet, sans la participation active de chacun de leurs administrés, les collectivités locales ne seraient pas en mesure d'appliquer la même politique de gestion des déchets, en tout cas pas avec la même efficacité et pas avec les mêmes coûts.

Le tri demande un apprentissage de la part des habitants pour ne pas se tromper. Si le tri est mal fait, cela fait perdre du temps au centre de tri qui doit à nouveau trier, et cela risque de souiller les déchets recyclables. Fréquemment, les poubelles mal triées ne sont pas acceptées au centre de tri et repartent avec les déchets non recyclables.

La mise en pratique du tri des déchets connait de nombreuses variations d'une commune à l'autre :

  • Il est envisageable de collecter les ordures ensemble et d'effectuer ensuite le tri dans un centre de tri. Cette méthode est rarement employée car le tri est alors compliqué (déchets souillés) et coûteux (main d'œuvre).
  • La collecte par «apport volontaire» : les habitants apportent leurs déchets recyclables jusqu'aux points de collecte, généralement des conteneurs ou des bacs spécifiques installés sur la voirie, ou bien rendent leurs équipements électroniques et électriques au magasin (DEEE). Cette méthode de collecte sert à récupérer papier, métaux, plastique mais également les piles, vêtements, disques compact … De la même façon, les déchèteries reçoivent des déchets qui ne sont pas acceptés par la collecte en porte-à-porte.
  • La collecte sélective en porte-à-porte : la commune met à la disposition de ses habitants plusieurs poubelles (deux à quatre selon le niveau de tri) le plus souvent différenciées avec un code couleur. C'est ensuite à eux de trier leurs déchets selon leur nature (organique, plastique, verre ou papier) et de les placer dans la poubelle correspondante. La collecte sélective en porte-à-porte sert à collecter qui plus est grands volumes que l'apport volontaire, mais son inconvénient est que le tri comporte fréquemment des erreurs.
  • La collecte mixte : la collecte est partagée entre apport volontaire et collecte sélective en porte à porte. A titre d'exemple, les emballages et déchets non recyclables sont récupérés en porte à porte, alors que le verre et le papier peuvent être apportés dans des conteneurs centralisés. La collecte mixte est le plus fréquemment la solution retenue.

Par la suite la commune ou le syndicat intercommunal se charge de la collecte en respectant les différentes filières.

Code des couleurs des conteneurs

Le recyclage des déchets faisant partie des priorités de la Communauté européenne, un code de couleurs unique pour l'ensemble des pays de la Communauté économique européenne tend à être adopté en vue d'une uniformisation. En 2006, cette normalisation n'est pas encore totalement respectée et on observe fréquemment des inversions de couleurs. Certaines communes regroupent aussi plusieurs types de déchet dans une seule et même poubelle (journaux et métaux, par exemple).

Couleur Type de déchet Type de traitement
  [vert] Verre (bouteilles, bocaux) Recyclable
  bleu Journaux, annuaires, magazines, prospectus Recyclable
  jaune Emballages plastiques vides (en France, seulement les bouteilles et flacons), métaux, carton Recyclable
Autres couleurs non normalisées
noir Déchets organiques, restes alimentaires (ex : compost) Recyclable
  marron Déchets ne pouvant être recyclés Non recyclable
  rouge Déchets ne pouvant être recyclés Non recyclable
  orange Emballages et bouteilles en plastique seulement Recyclable

Exemples de conteneurs pour tri sélectif

  • Une gestion des déchets basée sur leur sélection implique des coûts supplémentaires dus à la complication des étapes de la collecte et du traitement. Pourtant, dans la majorité des cas, les communes peuvent réussir à tirer un bilan financièrement positif grâce à la valorisation des déchets recyclables ainsi qu'à la diminution de certains coûts de traitement.


  • Lorsque ce résultat comptable n'est pas atteint, il reste néanmoins le bénéfice environnemental, certes plus complexe à quantifier, mais bien réel pour tout autant.


  • Le troisième point positif du tri écologique des déchets est enfin la responsabilisation du citoyen, qui trouve là un moyen simple de contribuer à la bonne gestion de sa collectivité ainsi qu'à la préservation de son environnement, en prenant conscience du fait qu'un geste individuel, aussi anodin soit-il, peut avoir des retombées globales. Une prise de conscience qui ne peut être que salutaire.


  • Enfin la mise en place de la sélection des déchets va créer de nombreux emplois, autant au niveau de la collecte, du traitement que du recyclage.

Malgré la mise en œuvre progressive de la collecte sélective des déchets et de leur recyclage lorsque c'est envisageable, par la majorité des pays, les solutions appliquées jusqu'en 2006 sont particulièrement éloignées d'un tri optimal. Une étude de rentabilité des circuits de recyclage montre qu'en fait les déchets ménagers ne devraient pas être triés selon 4 catégories (verre, plastique et métal, papier, autres déchets), mais selon 15 catégories différentes :

  1. Le verre coloré
  2. Les emballages en plastique souple (polyuréthanes)
  3. Les emballages en plastique dur (PVC)
  4. Les cartons gris et marron
  5. Les récipients et objets en aluminium
  6. Les boîtes de conserve en fer blanc
  7. Les emballages en plastique imprimé, les emballages en papier alimentaire
  8. Les emballages en polystyrène
  9. Le verre blanc
  10. Les piles
  11. Les autres métaux (sauf fer et aluminium)
  12. Les déchets organiques (restes alimentaires)
  13. Les journaux, magazines, catalogues, annuaires, prospectus
  14. Les tissus, vêtements, fils, fibres
  15. Les autres déchets (couches-culottes, lingettes, déchets mixtes inclassables)

Il est d'ailleurs à noter que la récupération de piles suit un circuit différent du traitement des autres déchets. Les conteneurs conçus pour les récolter sont localisés dans l'ensemble des magasins qui vendent des piles conformément à la loi française. Ceci est aussi vrai dans le cas suisse.

Cette distinction en 15 catégories ne concerne que les déchets ménagers courants. On pourrait ajouter à cette liste les déchets industriels qui tendent de plus en plus à être produits par des spécifiques, par exemple les cartouches d'encre et les toners de poudre usagés ou les batteries de voiture, pour lesquels existent des circuits de récupération et de recyclage assez confidentiels. Ne pas jeter un produit polluant est un geste qui nécessite une attitude responsable et consciente de la part de l'usager, mais toujours faut-il que les structures mises à sa disposition lui favorisent la restitution des produits à recycler, ce qui n'est malheureusement pas forcément le cas.

En France, un manque d'homogénéité fait que d'une ville à l'autre, le tri est différent. Ainsi, un déchet sera-t-il récupéré dans l'une et refusé dans l'autre.

Le tri sélectif est un pléonasme. En effet, trier et sélectionner sont des synonymes. Il est par conséquent incohérent de parler de tri sélectif. Il serait plus judicieux d'intituler le présent article TRI ECOLOGIQUE, et de diminuer l'entrée au pléonasme "tri sélectif" à une simple ligne renvoyant à l'article TRI ÉCOLOGIQUE ou COLLECTE SÉLECTIVE DES DÉCHETS. Cette éventualité est à l'étude.

Pour optimiser le recyclage, voici une liste d'objets dont le tri n'est pas (forcément) évident selon la poubelle devant les accueillir :

Code couleur utilisé : (à compléter)

  1. Noir= non recyclable
  2. Violet = déchet spécial => collecte en déchèterie


Déchets

Type de recyclage Raisons (1)
Papier cadeau Non recyclable Encre d'impression
Ampoules classiques Non recyclable Famille des composites + gaz
  Ampoules "économiques" fluocompactes A rendre aux commerçants (2) ou en déchèterie Ampoule fluorescente compacte
Rouleaux carton (essuie-tout, papier toilette) Non recyclable Carton en fin de vie + colle
Tickets à bande magnétique (métro, bus) ?? ??
Couvercles métalliques (confiture) recyclable
Vêtements ?? (3)
Agrafes recyclable
Papier d'aluminium ?? ??
Mouchoirs en papier ?? ??

En France, le point de collecte des DEEE (déchets électriques et électroniques ménagers) le plus proche peut être connu en tapant le code postal sur le site Recyclum : la localisation précise des points de collecte (grandes surfaces, déchèteries) est affichée sur une carte. On peut aussi appeler le numéro Azur (coût d'un appel local) 0 810 001 777.

(1) Matériaux ou éléments induisant ce choix. [[Media :]]

(2) Au rapport de : une ampoule acquise, une "rendue".

(3) Des associations caritatives (Emmaüs) revendent ceux réutilisables et "déchiquettent" les autres pour en faire un isolant phonique et thermique

  • ORDIF - Observatoire Régional des Déchets d'Ile-de-France

  1. Tout tri est une sélection, et toute sélection un tri. Voir F. Allinne, Les faux amis de l'anglais, Belin, 1998.
  2. À cette époque, le département de la Seine est plus ou moins l'équivalent du département 75, Paris, de 2007.

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Tri_s%C3%A9lectif.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu