Taxe générale sur les activités polluantes

La taxe générale sur les activités polluantes est une taxe, c'est-à-dire une forme d'impôt français.



Catégories :

Fiscalité écologique - Pilotage du développement durable - Développement durable - Pollution - Économie de l'environnement en France - Protection des cultures - Fiscalité en France

Définitions :

  • Cette taxe est proportionnelle au degré et / ou nature de pollution (production de déchets industriels et ménagers, pollution atmosphérique... (source : entreprises.edf)

La taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) est une taxe, c'est-à-dire une forme d'impôt français.

Cette taxe est proportionnelle au degré de pollution génèré par toute activité (production de déchets industriels et ménagers, pollution atmosphérique, nuisances sonores... ).

Cette taxe sur les activités polluantes doit permettre de mieux appliquer le principe pollueur-payeur. En effet, elle conduit à différencier, dans le montant de la taxe, les ressources nécessaires pour financer les dommages causés à l'environnement par une activité polluante. Le dispositif de taxe précédent se contentait de dégager des ressources financières. La TGAP émet un signal-prix qui doit dissuader les pratiques polluantes. Elle a été introduite en 1999.

Selon l'administration des douanes et des droits indirects, le produit de la TGAP s'élevait globalement à 480 millions d'euros en 2007[1].

Les personnes favorables à la TGAP considèrent qu'elle forme une modernisation et une simplification de la fiscalité écologique. La TGAP sur les produits phyto-sanitaires a été remplacée par une redevance sur les pollutions diffuses perçue par les Agences de l'eau[2]. La TGAP frappe cependant les produits antiparasitaires[1].

Il est cependant à noter que la TGAP n'est pas nécessairement lisible dans le cas des produits phytopharmaceutiques. En effet, la TGAP est payée par les firmes phytosanitaires détentrices de ces produits. Selon les entreprises, ce montant est imputé sur leur marge bénéficiaire pour rester en conformité avec les prix du marché, ou bien elle entraîne une augmentation des prix qui est soit répartie sur la totalité de la gamme, soit répercutée sur les produits ayant un classement toxicologique. Les négociants fixent ensuite leurs propres barèmes de prix avant de vendre aux agriculteurs, ce qui contribue à brouiller le signal-prix.

Notes et références

  1. Sénat, «Projet de loi de finances pour 2009», 2008
  2. Dans le cas des produits phytosanitaires, la TGAP formait une réponse à un prix de vente jugé trop bas pour inciter les agriculteurs à modérer leur consommation. Par contre, certains agriculteurs contestaient le principe d'une «dîme» supplémentaire sur chaque gramme de produit phytosanitaire utilisé, tandis que l'absence de risque intolérable lié à ces produits s'est vu consacrée non seulement par les autorités sanitaires françaises, mais également par les autorités européennes.

Voir aussi

Liens externes

Bibliographie

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Taxe_g%C3%A9n%C3%A9rale_sur_les_activit%C3%A9s_polluantes.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu