Perception de l'environnement

La vision de l'environnement est une faculté propre aux vivants. Pour un être vivant, la vision de l'environnement est traduite par l'activité réalisée.



Catégories :

Responsabilité sociétale des entreprises - Développement durable - Intelligence économique

La vision de l'environnement est une faculté propre aux vivants. Pour un être vivant, la vision de l'environnement est traduite par l'activité réalisée. L'évolution de chaque espèce dispose l'individu à une vision spécifique de l'environnement. Chez les animaux supérieurs, les sens, les habiletés et les enseignements servent à élaborer une vision de l'environnement.

Pour une personne physique, la vision de l'environnement correspond aux dispositions de l'individu essentiellement. Il est à noter que la culture et les valeurs de l'individu ou de la société correspondante peuvent influencer la vision de l'environnement local et global. Les apprentissages, les connaissances et l'état de conscience sont par conséquent aussi des facteurs qui peuvent altérer, limiter ou orienter la vision de l'environnement.

Pour une personne physique ou morale la dynamique est quelquefois différente. Pour la personne morale, une entreprise par exemple, la vision de l'environnement est un processus qui permet d'acquérir une compréhension du contexte global et local pour l'entreprise. Pour une entreprise existante, l'audit environnemental est un outil d'intégration, de valorisation, de développement et d'application dans l'emprise physique, sur les milieux et dans son domaine d'activité. Pour l'entreprise, la vision de l'environnement est un des 11 facteurs d'intelligence économique.

Veille globale

Voir aussi : Mondialisation et Développement durable.

Il est apparu, dans les cultures modernes des années 1990, avec l'augmentcation de nouveaux risques (industriels, alimentaires, sanitaires, écologiques, climatiques, sociaux, géopolitiques, économiques) que le strict point de vue financier et social ne suffit pas pour définir une orientation à long terme de l'entreprise.

L'entreprise doit s'imprégner d'une culture de développement durable structurée qui intègre les trois piliers de sa réfection. L'écologie, le social et l'économique sont les supports de cette édification. Ceci implique un changement de culture majeur, car dans la mondialisation, il faut savoir distinguer les idéologies et dialoguer collectivement avec d'autres parties prenantes que les partenaires habituels. La vision de l'environnement, d'un point de vue écologique facilite l'orientation de l'entreprise à long terme. L'intégration des dispositifs et des cycles socio-économique aux correspondants écologiques permet d'actualiser la culture des entreprises aux objectifs de durabilité.

Acquérir une connaissance précoce de l'environnement se fait de différentes manières :

etc

Ce qui induit des relations différenciées entre les dirigeants et les employés, est l'intérêt et quelquefois la perception. Approfondir de façon précoce le contexte demande un partage particulièrement large des points de vue, pour que l'état de conscience collective aboutisse en un lieux face à une situation. Les ONG peuvent apporter un support dans cette adaptation des cultures. L'usage du courrier électronique doit être adapté en conséquence.

Il faut être vigilant sur les différents obstacles, biais cognitifs, susceptibilité et autres sophismes qui peuvent empêcher l'appréciation de la réalité du contexte et des méthodes pour parvenir à une intégration équilibrée avec la nature. La simple intuition d'individus insuffisamment coordonnés ne suffit pas.

Selon la formule de René Dubos, il faut penser global et agir local. On emploie parfois le néologisme "glocal" pour désigner ce type d'attitude.

Opportunités et menaces

Aujourd'hui, il est indispensable de prendre en compte les éléments suivants :

etc (liste non limitative)

Chaque élément du contexte doit être regardé sous le prisme opportunités / menaces, comparé à la concurrence mondiale.

Formulation de la stratégie

Voir aussi : stratégie

Aujourd'hui, pour appréhender en profondeur les éléments du contexte de l'entreprise, il n'est plus envisageable de s'en référer exclusivement aux actionnaires. D'ailleurs, ceux-ci demandent actuellement de plus en plus qu'on prenne en compte les éléments du contexte mondial, dans une optique de responsabilité sociétale.

La question est bien entendu de savoir quels éléments prendre en compte. Ceci peut poser certaines questions d'éthique dans la façon de le présenter aux employés de l'entreprise.

On ne peut pas non plus limiter la vision du contexte aux seuls partenaires respectant les traditions (clients, fournisseurs, investisseurs, logisticiens, ... ).

La gouvernance dans l'environnement mondialisé des groupes multinationaux, surtout européens, nécessite d'intégrer les principes de responsabilité sociétale, qui pour être bien appliqués, supposent d'avoir identifié les principes éthiques de base et les règles éthiques spécifiques à chaque profession (ordre professionnel).

Comme sur tout ce qui peut conduire à mal évaluer les attentes des parties prenantes dans une optique de responsabilité d'entreprise.

De plus en plus, en particulier avec les nouvelles organisations territoriales, il est indispensable de structurer la gouvernance comparé aux attentes d'autres organisations qu'on nomme parties prenantes :

Mettre en œuvre le cycle de l'information

Dans le cadre de la mondialisation, les informations circulent bien plus aisément avec le réseau internet — il ne faudrait pas en déduire que tout est visible sur le web.

L'acquisition des données du contexte, leur validation, et leur traitement nécessitent différents profils de compétence, parfois particulièrement pointus.

D'autre part, dès que les informations sont traitées, elles prennent le caractère de connaissances acquises par des réseaux de compétence.

En réalité, l'émergence des questions sociétales demandera certainement d'envisager la sécurité de l'information pas uniquement d'un point de vue financier et technique, mais également du point de vue de la circulation des informations dans les réseaux de compétence.

Donc, il faut être extrêmement vigilant sur les questions de droit des affaires, de secret et de sécurité des informations (intégrité, disponibilité, et confidentialité), dès l'instant que les informations acquièrent un caractère contractuel, ou potentiellement contractuel.

Les nouveaux outils apportés par le web et la famille du net (inter/extra/intranet) donnent des possibilités radicalement nouvelles dans ce domaine, mais les informations ainsi obtenues par le web et par d'autres sources doivent être vérifiées, croisées de multiples manières avant d'être réellement exploitables.

Il serait d'autre part bien naïf de penser qu'on peut tout voir gratuitement dans le web : le web visible ne représente qu'environ 3% de la totalité du web !

De nouvelles contraintes juridiques apparaissent d'ailleurs avec ces outils.

Vision de l'environnemen et intelligence économique

La vision de l'environnement fait partie des sept facteurs d'action du modèle d'intelligence économique de l'AFDIE (Association Française pour le Développement de l'Intelligence Économique). [1]

Note

  1. Modèle d'intelligence économique. AFDIE. Bernard Besson, Dominique Fonvielle, Michel Fourez, Jean-Pierre Lionnet, Economica. Collection dirigée par Jean-Louis Levet. 2004.

Voir aussi

Bibliographie

Recherche sur Google Images :



"Perception de l'environnement"

L'image ci-contre est extraite du site techno-science.net

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (297 x 475 - 24 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Perception_de_l%27environnement.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 08/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu