Fondation Chirac

La Fondation Chirac est une fondation lancée à l'initiative de Jacques Chirac après la fin de son double mandat de Président de la République française.



Catégories :

Organisme œuvrant pour le développement durable - Développement durable - Jacques Chirac - Fondation française reconnue d'utilité publique - Organisme fondé en 2007

La Fondation Chirac est une fondation lancée à l'initiative de Jacques Chirac après la fin de son double mandat de Président de la République française. Créée en 2007, la fondation agit au service de la paix à travers quatre grands domaines d'intervention : l'accès à l'eau ainsi qu'à l'assainissement, l'accès à la santé ainsi qu'aux médicaments de qualité, la lutte contre la déforestation et la désertification, la protection de la diversité culturelle. Elle soutient des projets de terrain, qui impliquent les populations locales et proposent des solutions concrètes et innovantes.

Elle est différente de la Fondation Jacques Chirac présidée par Jean-Pierre Dupont qui gère des centres pour jeunes handicapés dans le Limousin.

Objet

Fidèle aux engagements de Jacques Chirac, la Fondation entend "agir au service de la paix".

Ses champs d'action prioritaires sont :

Historique

La fondation a été reconnue d'utilité publique par un décret du 7 mars 2008 publié au Journal Officiel le 9 mars. Sa préfiguration a été réalisée par l'Association pour la Fondation Jacques Chirac présidée par Michel Camdessus.

La fondation a été lancée officiellement le 9 juin 2008 au Musée du Quai Branly à Paris[3], en présence de la quasi totalité des membres de son comité d'honneur dont :

Organisation

Bureau

Conseil d'administration

Comité d'honneur

Programmes et projets

Prix pour la prévention des conflits

En 2009, la Fondation Chirac lance le Prix pour la prévention des conflits. Ce prix a pour but de soutenir ceux qui investissent une partie de leur vie à prévenir les conflits. Son attribution doit accroître la reconnaissance mondiale de ces efforts, susciter de nouvelles vocations, et donner des moyens financiers pour la poursuite de ce travail. Un jury mondial composé de personnalités qui ont œuvré pour la prévention des conflits attribue chaque année un Prix à une personne ou une institution pour faire connaître ses efforts et de leur donner plus de moyens. Le travail du jury est préparé par un comité d'experts qui identifie les points à risque de la planète où des efforts de prévention ont obtenu des résultats tangibles pour éviter une confrontation mondiale ou reconstruire la paix civile.

Pour la première édition, ce prix a été attribué, le vendredi 9 novembre 2009, à Muhammad Ashafa et James Wuye. [4][1]

Plan de renforcement de l'accès à l'eau au Mali

Le Plan de renforcement de l'accès à l'eau au Mali[5], pour perfectionner l'accès à l'eau ainsi qu'à l'assainissement dans les régions rurales du Mali en satisfaisant les besoins de 440 000 personnes en eau potable, d'environ 110 000 personnes en assainissement familial (latrines domestiques) et de 16 500 personnes en assainissement collectif.

Dans le droit fil de l'engagement constant de Jacques Chirac qui avait été parmi les premiers à appeler à une mobilisation générale sur ces sujets, surtout lors du sommet du G8 d'Evian, la Fondation soutient la Banque Africaine de Développement pour la mise en place d'un plan de renforcement des capacités pour un accès durable à l'eau ainsi qu'à son assainissement en milieu rural au Mali. Il s'agit de faire en sorte que les objectifs du millénaire pour le développement, définis en 2000 par les Nations Unies, puissent être atteints dans les régions rurales parmi les plus défavorisées du monde, en soutenant les initiatives des communautés villageoises, surtout pour former les villageois et les gestionnaires de l'eau en milieu rural, à la bonne exploitation ainsi qu'à la maintenance des équipements.

Ce plan sur trois ans prévoit surtout des actions dans le domaine :

Mobilisation au plus haut niveau pour assurer un accès à l'eau pour tous

Parce qu'il ne peut y avoir de développement sans maîtrise de l'eau, assurer ce droit essentiel, même à l'endroit où il semble hors d'atteinte, est essentiel. C'est pour cette raison que la Fondation Chirac veut :


Pour cela, elle a organisé le 13 novembre 2008 une conférence mondiale “L'eau pour la Paix- la Paix pour l'Eau” avec l'UNESCO et l'Agence Française pour le Développement.

L'extension du Laboratoire National de Contrôle de la Qualité des Médicaments au Bénin

L'extension du Laboratoire National de Contrôle de la Qualité des Médicaments au Bénin[6], pour renforcer l'autonomie du Bénin en matière de santé et perfectionner l'accès à des médicaments et une santé de qualité.

Associé à des politiques d'information et d'éducation sur le changement des comportements (campagnes de sensibilisation des populations), le contrôle de la qualité des médicaments est une première réponse au développement des contrefaçons de médicaments. Il est une étape indispensable pour permettre aux pays du Sud de mettre en place ou de conforter des politiques de santé publique efficaces et pérennes. La Fondation Chirac a choisi le Bénin pour sa première action pour l'accès aux médicaments de qualité. Depuis la fin des années 1990, la politique d'accès aux médicaments est la priorité de la politique de santé du Bénin qui a fait des efforts importants et exemplaires de restructuration de sa politique pharmaceutique.

Ainsi, le ministère de la Santé a sécurisé l'accès aux médicaments de qualité par plusieurs mesures :

Ces mesures ont permis au Bénin d'être novateur dans la sous-région. Cependant, confronté à l'explosion du marché des médicaments contrefaits, le Bénin a besoin de consolider ses outils de lutte. Parmi ceux-ci, le Laboratoire National de Contrôle de la Qualité des Médicaments est spécifiquement important.

Le Centre d'Excellence Sociale du Bassin du Congo

Le Centre d'Excellence Sociale du Bassin du Congo[7], pour développer la gestion durable des forêts tropicales du Bassin du Congo.

Le bassin du Congo, en Afrique centrale, représente le deuxième massif forestier du monde, derrière le massif amazonien. Il abrite une population essentiellement rurale, estimée à 29 millions de personnes, dont à peu près 500 000 Pygmées, semi-nomades, comprenant neuf communautés. Ces communautés dépendent exclusivement de la forêt pour leur vie quotidienne : elle leur apporte leur habitat, leur nourriture, leurs médicaments, leurs lieux de culte. Leur connaissance de la forêt est irremplaçable.

Aujourd'hui, à de rares exceptions, ces communautés ne sont pas associées à la gestion de la forêt, tandis qu'elles en sont les meilleurs connaisseurs : c'est une perte de compétences pour les compagnies forestières tout autant que d'une négation de leurs droits pour les communautés concernées. La Fondation Chirac s'associe avec le Tropical Forest Trust pour créer un Centre d'Excellence Social, et sa radio communautaire associée Biso na Biso .

Sorosoro, pour que vivent les langues du monde !

Sorosoro, pour que vivent les langues du monde ![8], Sorosoro travaille, aux côtés de linguistes et d'anthropologues de premier plan, à sauvegarder et revitaliser les langues et cultures en danger à travers le monde. On estime à à peu près 6 000 le nombre de langues parlées actuellement sur terre et selon les scientifiques plus de la moitié de ces langues pourrait disparaître au cours de ce siècle. Selon l'Unesco, une langue meurt en moyenne l'ensemble des quinze jours.

Article détaillé : Sorosoro.

Notes et références

Lien externe

Recherche sur Google Images :



"Fondation Chirac : vers quelle"

L'image ci-contre est extraite du site www2.snut.fr

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (650 x 473 - 42 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Fondation_Chirac.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 08/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu