Écotourisme

L'écotourisme ou le tourisme vert est une des formes du tourisme durable, plus centrée sur la découverte de la nature, ou alors d'écologie urbaine.



Catégories :

Aspect économique en rapport avec le développement durable - Développement durable - Tourisme par type

Recherche sur Google Images :


Source image : jaivujailu.wordpress.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • Forme de tourisme centrée sur des expériences ou activités sans prélèvement liées à la nature (p. ex.... (source : ec.gc)

L'écotourisme ou le tourisme vert est une des formes du tourisme durable, plus centrée sur la découverte de la nature (écodispositifs, mais également agrosystémes et tourisme rural), ou alors d'écologie urbaine (jardins écologiques, Espaces verts écologiques, réserves naturelles urbaines et autres sujets du domaines de l'écologie urbaine... ).

Tapanti national park

Éléments de définition

Né il y a une trentaine d'années, le terme lui-même d'écotourisme est récent. La définition qu'en donne la TIES (Société Mondiale de l'Écotourisme) date de 1991 : «L'écotourisme est un voyage responsable dans des environnements naturels où les ressources et le bien-être des populations sont préservés».

Ce tourisme écologique a pour objectif principal de découvrir ou faire découvrir la Nature, des paysages ou des espèces spécifiques (Ex. lions ou éléphants au Kenya, observation et/ou étude des oiseaux ou des baleines), tout en respectant les écodispositifs, ou alors en contribuant à les restaurer, dans une approche volontaire de "remboursement de la dette écologique" générée par ce tourisme, qui d'autre part cherche à diminuer son empreinte écologique.

Il serait faux cependant de croire que l'écotourisme est réservé aux pays en voie de développement. Ce tourisme s'adapte autant aux pays développés comme la France, une position que défent l'Association Française d'Ecotourisme depuis 2005, mais aussi d'autres associations nationales de l'écotourisme en Europe et en Australie.

Les 12 et 13 septembre 2008 lors de la Quarante-huitième réunion de la Commission pour les Amériques (Séminaire mondial sur la gouvernance du tourisme dans les Amériques) à Villahermosa (Mexique), Francesco Frangialli, Secrétaire général de l'OMT a évoqué le fait de définir la notion de "tourisme écologique et durable". En effet, l'OMT a lancé l'édition 2008 de son concours de photos sur le thème de la Journée mondiale du tourisme (JMT) de cette année : «Le tourisme s'engage face au défi du changement climatique». Les photos primées seront affichées sur le site de l'OMT sur la Toile et exposées en 2009 aux grands salons professionnels. Dans ce cadre, il a surtout déclaré : «L'écotourisme se veut une réponse «durable» à l'inquiétante montée d'un tourisme de masse insuffisamment conscient des menaces qu'il fait peser sur l'environnement. Le développement d'un tourisme tourné vers une consommation de plus en plus rapide et «rentable» des voyages, où chacun pense avoir le droit de découvrir jusqu'à la parcelle la plus reculée du monde, participe à la menace qui pèse sur le renouvellement des ressources naturelles telles que l'eau douce, les forêts et les récifs coralliens, et met en péril la survie de nombre d'espèces vivantes, trop fréquemment exposées à la curiosité de touristes s'imaginant dans des zoos à ciel ouvert.». M. Frangialli a par conséquent proposé que, le 27 septembre 2008, lors de la Journée mondiale du tourisme, un Groupe de réflexion travaille sur le thème «Le tourisme s'engage face au défi du changement climatique» à Lima (Pérou) afin d'élaborer «une charte écotouristique».

L'activité écotouristique comporte le plus souvent une part d'éducation et d'interprétation, et aider à faire prendre conscience de l'obligation de préserver le patrimoine naturel et le patrimoine culturel. L'écotourisme doit avoir des conséquences environnementales positives et contribuer au bien-être des populations locales.

Développement et perspective

Le tourisme étant l'un des secteurs qui connaît le plus fort taux de développement dans le monde, l'écotourisme devient un des moyens de valoriser la biodiversité, à l'inverse du tourisme de masse qui dégrade les milieux naturels, en intégrant une dimension éthique et écocitoyenne. Des guides de bonnes pratiques apparaissent, dont pour la prise en compte de la biodiversité dans les hôtels [1]

Principes et critères

L'association des principes de l'écotourisme avec ceux du développement durable (et par conséquent de la conservation de la nature) rencontre les faveurs de nombreux organismes internationaux (ONU, ONG, Gouvernements et leurs agences.. ). Il doit pour ces derniers satisfaire à plusieurs critères, tels que[2], [3] :

Pour de nombreux pays, l'écotourisme n'est plus préconisé comme une activité marginale conçue pour financer la protection de l'environnement mais parce qu'il y est devenu un secteur moteur d'une économie nationale, et un moyen de générer des revenus. A titre d'exemple, dans des pays tels que le Kenya, l'Équateur, le Népal, le Costa Rica et Madagascar, l'écotourisme est devenu la principale source de devises.

Critiques ou limites

Certains craignent des dérives à cause de la définition fréquemment assez souple de l'écotourisme ou du manque d'indicateurs et critères pour ce domaine assez nouveau (quoiqu'un tourisme naturaliste, d'exploration et d'aventure existe depuis plusieurs siècles). Ils estiment que l'écotourisme justifie trop fréquemment des hôtels ou structures artificiellement imposées ou positionnées au beau milieu de splendides paysages, au détriment des écodispositifs locaux. Selon eux, l'écotourisme doit avant tout sensibiliser les gens à la beauté ainsi qu'à la fragilité de la nature. Ainsi, certains opérateurs n'hésitent pas à proposer des parcours en 4x4, des piscines et l'air conditionné sans soucis de leur impact différés sur la faune et la flore ou les ressources naturelles locales. Un nombre croissant de voyages aériens ou de croisière emportent, avec une lourde empreinte écologique, des passagers vers l'Arctique ou l'Antarctique pour leur faire découvrir la beauté des paysages et la menace que forme le réchauffement climatique, mais en y contribuant. Ce genre d'activités quelquefois dite Greenwashing par les professionnels du secteur, cache un tourisme de masse conventionnel présenté comme «vert».

Géographie de l'écotourisme

Il a fréquemment été en premier lieu lié à un tourisme de découverte ou d'aventure, particulièrement orienté vers les pays tropicaux, les plus riches en biodiversité;
Une tendance existe aussi de tourisme de proximité, s'appuyant sur les ressources naturelles proches et surtout sur les réserves naturelles et les forêts.
Les États-Unis sont connus former le principal réservoir d'écotouristes (plus de 5 millions de personnes chaque année). La majorité des autres écotouristes provient d'Europe et de l'élite de certains pays du Sud. Il serait faux cependant de croire que l'écotourisme est réservé aux pays en voie de développement. Ce tourisme s'adapte autant aux pays développés comme la France, une position que défend l'Association Française d'Ecotourisme depuis 2005, mais aussi d'autres associations nationales de l'écotourisme en Europe et en Australie.

Voir aussi

Liens externes

Notes et références

  1. Guide UICn pour la prise en compte de la biodiversité dans les Hôtels UICN "Guide pour une utilisation durable des ressources biologiques", 2009
  2. (en) Guide pour l'écotourisme (1ère partie, PDF, ONU)
  3. (fr) Guide des bonnes pratiques en Tourisme durable (ONU, 2005, PDF).

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cotourisme.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 08/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu