Écomatériaux

Un écomatériau est un matériau de construction qui répond aux critères techniques généralement exigés des matériaux de construction, ainsi qu'à des critères environnementaux ou socioaux-environnementaux, tout au long de son cycle de vie ;



Catégories :

Bâtiment HQE, passif ou à énergie positive - Architecture et urbanisme du développement durable - Développement durable - Écolabel en France

Un écomatériau (quelquefois dit «matériau écologique» et quelquefois en outre qualifié de «matériau sain ») est un matériau de construction (produit manufacturé généralement, ou à mettre en œuvre sur le sitede construction) qui répond aux critères techniques généralement exigés des matériaux de construction (performances techniques et fonctionnels, qualité architecturales, durabilité, sécurité, facilité d'entretien, résistance au feu, à la chaleur, etc), ainsi qu'à des critères environnementaux ou socioaux-environnementaux, tout au long de son cycle de vie (c'est-à-dire de sa production à son élimination ou recyclage)  ;

Ces matériaux présentent de nombreux avantages (création d'emplois locaux et non-délocalisables, qualité de vie dans l'habitat et pour les ouvriers lors de la construction, faibles répercussions environnementales (moindre ponction sur les ressources naturelles, diminution de l'empreinte écologique de la construction, et réduction du bilan en termes d'émission de gaz à effet de serre), ) mais peuvent être légèrement plus couteux à l'achat (pas toujours) ou nécessiter un temps de mise en œuvre un peu plus longs. Certains sont utilisés depuis des millénaires.
Leur utilisation est de plus en plus fréquente, mais reste particulièrement minoritaire dans les pays riches et surtout pour la réhabilitation, pour diverses raisons[1]

Remarque : La notion d'écomatériau ne doit pas être confondue avec celle de «biomatériau» qui chez les francophones désignent plutôt les matériaux biocompatibles avec notre organisme utilisés pour les prothèses ou greffes.

Définition

Il n'y a pas encore de définition officielle de l'écomatériau, mais on admet le plus souvent qu'il doit répondre aux critères et principes du développement durable et donc :

distribution et la fin de vie du matériau).

Aspects toxicologiques ou écotoxicologiques

Un écomatériaux doit présenter le moins de risque envisageable pour la santé lors de sa production, sa mise en œuvre et sa fin de vie ou recyclage. Il ne doit être recyclable ou biodégradable sans émanations toxiques ou écotoxiques (pour l'homme, la faune, la flore et l'environnement…)

Aspects énergétiques

L'empreinte énergétique d'un écomatériau, c'est-à-dire l'énergie indispensable à sa fabrication et mise en œuvre (ou «contenu énergétique») doit être la plus faible envisageable (en tenant aussi compte de l'«énergie grise».

Aspects de soutenabilité

Certains écosociolabels tels que le FSC insistent sur le fait qu'un matériau (bois ou dérivé du bois en l'occurrence) ne doit pas avoir globalement généré d'impacts négatifs en terme social (emploi, santé, culture des populations autochtones ou des personnels utilisés sur les chantier de coupe et dans les filière de transformation, construction, élimination.. ), d'Environnement et dans le champ de l'Économie.
Ils doivent au contraire contribuer à moins faire appel aux produits polluants et émetteurs de gaz à effet de serre, et contribuer à économiser les ressources naturelles polluantes, ou pas, peu, difficilement ou couteusement renouvelables.

Exemples d'écomatériaux

Matériaux d'isolation :

etc.

Comparé aux isolants conventionnels, ces matériaux, quelquefois dits «naturels » ou «alternatifs», à faible conductivité thermique, permettent une Isolation thermique aussi efficace (mais quelquefois avec une épaisseur indispensable plus importante) qu'avec la laine de roche (20kg/m3, 0, 050 W/m. K, mais 123 kWh/m3 d'énergie incorporée, laine de verre (18kg/m3 (pour +/- 20 cm d'épaisseur), 0, 044 W/m. K, 242 kWh/m3 d'énergie incorporée, Polystyrène extrudé en plaque expansées aux HCFC (0, 035 W/m. K, 795 kWh/m3 d'énergie incorporée, Mousse de polyuréthanne (30kg/m3; 0, 029 W/m. K; 974 kWh/m3 d'énergie incorporée), verre cellulaire (160kg/m3 enplaques; 0, 057, W/m. K et 1200 kWh/m3 d'énergie incorporée) [2], et sans les inconvénients de ces derniers sur la santé et l'environnement

Freins au développemnet des filières

Dans certains pays les dispositifs de certifications et d'assurance de matériaux ne sont pas ou peu accessibles aux petites entreprises qui ont développé des écomatériaux ou qui les posent. Les assureurs couvrant la «garantie décennale», de même que par énormément de professionnels du bâtiment ou de maîtres d'ouvrage publics exigent en France des produits évalués par le CSTB, dont ne font pas partie nombre d'écomatériaux. En 2008, le dispositif qualité prive ainsi paradoxalement les consommateurs français d'écomatériaux déjà fréquemment employés depuis plus de 10 ans dans les pays nordiques ou en Allemagne.

Prospective et perspectives

La filière écomatériaux offre de nouveaux débouchés artisanaux ainsi qu'à l'agriculture (chanvre pour l'isolation, paille pour la construction terre-paille, lin pour les fibres de lins, lait pour la caséine des peintures écologiques, etc., à titre d'exemples).

En France, où le développement des écomatériaux a été énormément plus lent qu'en Europe du Nord et en Allemagne ainsi qu'aux Pays-Bas les projets de lois et objectifs issues du Grenelle de l'environnement pourraient encourager le décollage de cette filière. Le CSTB (Conseil Scientifique et Technique du Bâtiment) et les processus de validation technique pour les PME/TPE.

Une partie des acteurs du monde de la biotechnologies se positionne comme pouvant produire des biomatériaux (matériaux produits en tout ou partie par du vivant, éventuellemnet génétiquement modifié, mais en fermentateur et non en plein champs), surtout dans le domaine de la valorisatin des produits ligno-cellulosiques, avec par exemple le procédé dit «Ligno-cellulosic Feedstock Biorefinery» (LCF-Biorefinery) qui permettrait un gain significatif d'énergie dans le domaine des « biotechnologies blanches », les matériaux de base étant l'herbe, le chaume ou la paille, du bois ou des résidus de plantes fourragères[3].

Notes et références

  1. Rapport des Amis de la terre «Pourquoi les écomatériaux restent marginalisés dans la rénovation des logements» est difficilement accessible aux PME/TPE a Synthèse du rapport], Mars 2009, 12 pages et rapport complet «État des lieux et enjeux dans la rénovation thermique des logements» (Mars 2009)
  2. Voir aussi Liste des conductivités thermiques
  3. Source : Science Allemagne – Biotechnologies blanches - Avancées et perspectives 04/2007 (29 p. ) (Télécharger l'étude)

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89comat%C3%A9riaux.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 08/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu