Construction à biodiversité positive

Une maison est dite «à biodiversité positive» si elle abrite dans ses structures extérieures une biodiversité supérieure à ce qu'elle aurait naturellement été sur le site s'il était vierge de construction.



Catégories :

Écoconstruction - Architecture et urbanisme du développement durable - Développement durable - Architecture

Une maison (ou n'importe quelle construction humaine) est dite «à biodiversité positive» si elle abrite dans (ou sur ) ses structures extérieures une biodiversité supérieure à ce qu'elle aurait naturellement été sur le site s'il était vierge de construction.

Origine du terme

Après la naissance de l'«habitat passif», des architectes et des énergéticiens ont été plus loin en créant un concept de «maison à énergie positive» pour décrire les maisons produisant plus d'énergie qu'elles n'en consomment. Le concept de maison à biodiversité positive est parallèle à celle-ci.

Limites du concept

C'est une «cible» toujours expérimentale et théorique qui semble rarement pouvoir être atteinte, mais que l'architecte et l'habitant peuvent tenter d'approcher, dans le cadre d'une approche HQE ou quinzième cible HQE.

Histoire et origine du concept

L'architecture respectant les traditions des zones froides connaît les maisons couvertes de mottes de terre végétalisées, le plus souvent posées sur un lit d'écorces déroulées de bouleau. Les jardins de cours intérieures semblent avoir existé sur l'ensemble des continents. Ainsi, les jardins sur terrasses extérieures datent de l'Antiquité. On a surtout gardé le souvenir des légendaires jardins de Babylone, la seconde des sept merveilles du monde.
La végétalisation des terrasses avait alors a priori des vocations d'aménité et d'image.

Depuis quelques dizaines d'années des méthodes nouvelles sont développées. Des industriels fournissent :

Ces dernières solutions sont conçues pour être légères et ne pas nécessiter de renforcement inhabituel des structures portant les terrasses.

Il est courant que des architectes ou habitants fassent pousser des végétaux dans leur maison, les écoles, les bureaux, etc. Le plus fréquemment il s'agit de plantes vertes en pots, mais il arrive qu'on les plante dans le sol naturel, fréquemment dans une pièce vitrée qui sert de zone tampon. Un des problèmes posés, si la pièce est fermée et qu'il y a des parois froides, est la gestion de l'eau de condensation.

Depuis quelques années se développe aussi le concept de mur végétalisé intérieur. Exceptionnellement, on a conservé un arbre vivant qui émerge hors du bâtiment (ex : Accueil du Parc Hoge Veluwe aux Pays-bas), ou on en a planté dans le bâtiment (ex : Lycée HQE de Calais). Tout aussi exceptionnellement, l'architecte a planté de vrais arbres dans son bâtiment, à l'endroit où le volume disponible le permettait (ex : Lycée HQE de Calais, où des arbres poussent dans le sol naturel qui a cet lieu n'a pas été entièrement couvert par la dalle isolante, dans une cour intérieure couverte d'une verrière). Dans tous ces cas, les objectifs étaient plutôt esthétiques et/ou visaient la qualité de vie, la qualité de l'air. Les espèces plantées sont d'ailleurs fréquemment exotiques.

Dans les années 1990/2000, le souci de protection de la biodiversité rejoint celui de remboursement de la dette écologique du bâti, pour aboutir à cette notion d'architecture à biodiversité positive. C'est un des concepts approchés depuis la fin des années 1990 par un projet de quinzième cible HQE.

Le principe

Biodiversité ne doit pas être confondue avec diversité : ce n'est pas la simple multiplicité de plantes et d'animaux qui est ici recherchée, mais le maintien de leurs interrelations et fonctions écosystémiques (à titre d'exemple, un zoo n'est pas la Nature, pas plus qu'un arboretum ou une collection horticole).

Ce sont les espèces naturellement et normalement présentes sur le site concerné qu'on cherche ici à préserver et faciliter. Cette Biodiversité doit - par définition - pouvoir naturellement évoluer dans le temps et l'espace. Il est par conséquent indispensable de prendre en compte le contexte et la connectivité écologique.

On ne trouvera pas sur une maison les mêmes espèces que sur un chêne de 500 ans qui aurait occupé le même espace au sol ou le même volume, mais l'objectif est de permettre une biodiversité, une Biomasse (écologie) , une nécromasse et des fonctions écosystémiques qui approcherait au moins celle qu'on trouverait autour d'un objet minéral évoquant la forme de cette maison, mais qui aurait été colonisé depuis longtemps par la Nature (imaginons un rocher qui aurait la forme extérieure du volume construit).

L'idée d'une biodiversité positive vient aussi du fait qu'il faudrait aussi rembourser la dette élargie des usagers du bâtiment ou des infrastructures (cf. impacts des véhicules, du matériel, chauffage, etc. )

Dans cette approche, le bâti :

Une cible, pour l'architecte

C'est une cible à atteindre, qui peut aussi être incluse dans la première cible retenue par l'approche HQE. La performance, qui implique une double obligation de moyens et de résultat. L'obligation de résultat implique une obligation de "mesure".

La mesure

La biodiversité n'est pas strictement mesurable par la métrologie classique. De nature principalement complexe, elle est complexe à quantifier et même à qualifier par exemples pour ses aspects génétiques. Elle est relative, au contexte écologique local. On mesure par conséquent la performance comparé à cette cible via quelques bioindicateurs (animaux, végétaux et peut-être fongiques), à choisir avec un écologue, suivant les caractéristiques biogéographiques du site.

Comment ?

À titre d'exemple ;

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Google Images :



"Toute l'actualité sur l'"

L'image ci-contre est extraite du site pages-energie.com

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (176 x 90 - 12 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Construction_%C3%A0_biodiversit%C3%A9_positive.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 08/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu