Conseil international pour l'exploration de la mer

Le Conseil Mondial pour l'Exploration de la Mer) en dépit de son nom est plus attaché à l'exploitation des ressources halieutiques qu'à l'exploration océanographique.



Catégories :

Droit de l'environnement - Directive de l'Union européenne - Politique de développement durable de l'Union européenne - Pilotage du développement durable - Développement durable

Le Conseil Mondial pour l'Exploration de la Mer (ou CIEM ou Mondial Council for the Exploration of the Sea pour les anglophones (ICES) ) en dépit de son nom est plus attaché à l'exploitation des ressources halieutiques qu'à l'exploration océanographique. Il est en effet issu des questions posées par les pêcheurs, les industriels aux scientifiques, dès la fin du XIXe siècle sur les causes de fluctuations des captures de pêche (hareng surtout).

Des scientifiques scandinaves, allemands, britanniques, néerlandais et russes ont initié des conférences mondiales en 1899, 1901 et 1902, respectivement en Suède, Norvège et au Danemark. Celle de 1902 a constitué un «Conseil scientifique mondial», reconnu par les 7 gouvernements des pays fondateurs.

La France n'y a adhéré qu'en 1920 (elle y est actuellement représentée par le Ministère des Affaires étrangères qui paye la cotisation, vote l'acceptation de nouveaux états membres, l'approbation de nouvelles procédures, etc.. )  ; suivie d'autres pays dont dernièrement la Lituanie (1997) pour arriver à 20 pays membres représentés de plein droit (Allemagne, Belgique, Canada, Danemark, Espagne, Estonie, Etats-Unis d'Amérique, Finlande, France, Irlande, Islande, Lettonie, Lituanie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Royaume-Uni, Russie, Suède).

Quatre pays (Afrique du Sud, Australie, Grèce, Nouvelle-Zélande) y ont un statut d'observateur car non présents dans la zone de compétence du CIEM (l'Atlantique, essentiellement l'Atlantique septentrional, et les mers adjacentes).

En 1964 une Convention nouvelle a été signée par les pays membres, recadrant les missions et le fonctionnement de la CIEM, qui depuis a surtout activement participé à la "deuxième Conférence mondiale sur la gestion et la protection de la mer du Nord" ainsi qu'aux réunions interministérielles qui en ont découlé.

Fonctions

C'est le plus ancien organisme mondial de recherche sur l'environnement marin. A ce titre, sa première fonction est de coordonner la recherche pour la zone Atlantique nord et les mers adjacentes (Mer Baltique et mer du Nord). Il contribue a l'étude scientifique des relations entre ressources marines (pêchées et/ou cultivées), l'environnement naturel et activités humaines.
Il donne des avis et produit des expertises pour les Etats membres et Commissions réglementaires de cette région.
Il produit des bases de données sur les ressources halieutiques et l'environnement marin, en particulier intéressante en raison du pas de temps couvert par les données. Le CIEM a aussi une fonction de donneur d'alerte. Il a par exemple[1] alerté l'UE et les états-membres, et les consommateurs sur le fait que les stocks halieutiques d'atlantique nord-est ont toujours et fortement régressé lors de la décennie 1990 – 2000 : seuls 18 % des 113 stocks recensés en 2001 étaient toujours dans des «limites biologiques sûres». Le cabillaud a tant régressé dans cette région que le CIEM a demandé un embargo total sur la pêche de ce poisson.
Le CIEM a alerté aussi sur l'accumulation dans les graisses des poissons de polluants perturbant la reproduction (perturbateurs endocriniens ou reprotoxiques, et de polluant diminuant les taux de survie des poissons et affaiblissant leur dispositif immunitaire (dont mercure en augmentation préoccupante dans les mers du monde entier, surtout chez les poissons localisés en tête de pyramide alimentaire).
Le CIEM alerte aussi sur le déclin des ressources scientifiques (laboratoires fermés, départ à la retraite non renouvelés) dans le domaine de l'écologie marine, de l'écotoxicologie, de la taxonomie tandis que les demandes d'avis scientifiques croissent rapidement.

Principaux thèmes de compétence


Fonctionnement

Chaque état membre y est représenté par 2 Délégués participant au Conseil des Délégués qui se réunit en Conférence scientifique annuelle. Il y élit un Bureau (Président + 6 vice-présidents) se réunissant deux fois par an.
Le conseil des délégués décide des activités scientifiques à coordonner ; et du fonctionnement interne du CIEM (dont budget) La Conférence scientifique annuelle (CSA) produit les recommandations des Comités Scientifiques (entérinées ou non par les Délégués) sur les actions conjointes urgentes et sur les projets de recherche (dont campagnes scientifiques pluriannuelles conçus pour mesurer, pour les comprendre, les processus d'évolution des ressources commercialement exploitées et de leurs écodispositifs.

Environ 100 groupes de travail, associant à peu près 1200 chercheurs et experts venus de l'ensemble des états membres, se réunissent chaque année.
Pour faciliter l'application des conventions mondiales signées dans les années 1960 à 1880, le CIEM a été désigné pour apporter un avis scientifique coordonné dans le domaines des ressources halieutiques et des pêcheries, mais aussi concernant l'environnement marin.
Il apporte surtout une grande partie des avis qui fondent les propositions de règlement soumises à la décision du Conseil des Ministres de l'UE dans ces domaines.

Voir aussi

Liens externes

Notes et références

  1. [http ://www. bmu. de/english/downloadlwater/files/ ices_report. pdf Rapport CIEM] [pdf] (en)
  2. Conférence scientifique annuelle du Conseil Mondial pour l'Exploration de la Mer, Vigo (Espagne), 22 septembre 2004

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_international_pour_l%27exploration_de_la_mer.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 08/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu