Conférence de Copenhague de 2009 sur le climat

La conférence de Copenhague nommée COP 15 se tient du 7 au 18 décembre 2009. C'est la réunion annuelle des représentants des pays qui ont ratifié la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique.



Catégories :

Rencontre internationale - Événement en rapport avec le développement durable - Développement durable - Changement climatique - Événement lié à la protection de l'environnement - Décembre 2009 - 2009 au Danemark - Copenhague

COP15 Logo.svg

La conférence de Copenhague nommée COP 15 se tient du 7 au 18 décembre 2009. C'est la réunion annuelle des représentants des pays qui ont ratifié la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique. Conformément à la feuille de route adoptée lors de la COP 13 à Bali, elle devrait être l'occasion, pour les chefs d'État et de gouvernement, de renégocier un accord mondial sur le climat qui remplacera le Protocole de Kyoto qui doit prendre fin en 2012.

Cent soixante-dix pays enverront des représentants de leur gouvernement.

Les scientifiques du monde entier[1] se sont rencontrés dès mars 2009, dans cette même capitale, pour mettre en commun les connaissances les plus récentes sur le changement climatique. Ils se sont montrés particulièrement alarmés sur l'état de la planète qui exige de prendre des mesures. «Les dernières observations confirment que le pire des scénarios du GIEC est en train de se réaliser. Les émissions ont continué d'augmenter fortement et le dispositif climatique évolue d'ores et déjà en dehors des variations naturelles au sein desquelles nos sociétés et nos économies se sont construites», a affirmé le comité scientifique de la conférence.

Représentants et propositions

Les États-Unis seront représentés par le président actuel Barack Obama[2], qui ne sera présent que le 18 décembre, lors de la clôture[3]. Les objectifs visés par l'administration américaine sont une diminution de l'émission des gaz à effet de serre de 17 % d'ici à 2020, 30 % d'ici à 2025 et 42 % d'ici à 2030 comparé à 2005. À terme, l'objectif est de diminuer les émissions de 83 % d'ici à 2050[2].

La Chine a annoncé qu'elle sera représentée par le premier ministre Wen Jiabao[4]. L'objectif affiché par Pékin est une diminution de 40-45 % (comparé à 2005) de la production de CO2 par PIB d'ici 2020[5].

L'objectif de l'Union européenne est une diminution de l'émission d'au moins 20 % d'ici 2020 comparé aux valeurs de 1990.

Réactions

Réaction avant la conférence

Controverse sur le réchauffement climatique

Le débat de fond sur l'origine du réchauffement climatique et ses conséquences futures a des répercussions évidentes sur les critiques émises à l'encontre de la conférence de Copenhague. Pour les partisans de la thèse selon laquelle le réchauffement climatique n'est soit pas réel, soit non anthropogène, le sommet n'a aucune utilité.........

Pour les réactions relatives à ce débat, voir Controverses sur le réchauffement climatique

Impopularité des pré-traités

En octobre 2009, les commentateurs conservateurs anglais ont réagi au brouillon du traité de Copenhague. Christopher Monckton, un parlementaire anglais, a dit que les accords préliminaires de Copenhague créeront un gouvernement mondial, sous les auspices des Nations Unies, qui auront le pouvoir d'intervenir directement dans les affaires financières, économiques, environnementales, et les taxes de l'ensemble des nations qui auront signé le traité de Copenhague[6], [7].

Les journalistes conservateurs en Australie, en ce inclus Janet Albrechtsen, Andrew Bolt et Alan Jones, ont accusé le gouvernement australien de cacher intentionnellement au public des détails du pré-traité de Copenhague à cause de sa potentielle impopularité face à l'électorat[8], [9]. Le parlement australien a d'autre part rejeté le plan gouvernemental, en faveur d'une réduction des émissions de gaz à effet de serre, pour la seconde fois le 2 décembre. L'opposition conservatrice soutient les lobbies industriel et agricole qui s'opposent à ce plan[10].

Le ministre indien de l'Environnement Jairam Ramesh considère la proposition d'accord global, élaborée par le gouvernement danois avant le début de la conférence, comme intolérable. Il indique qu'elle contient, pour l'Inde, «des éléments qui sont inquiétants»[11].

Avis du GIEC et des organisations intergouvernementales

Rajendra Pachauri, président du GIEC, dit avoir une «confiance raisonnable dans le fait que Copenhague sera un succès». Il espère des engagements qui poseraient les bases d'accords plus solides lors du prochain sommet sur le climat à Mexico en 2010. Selon lui, les avancées se font dans le bon sens, mais pas suffisament rapidement[12].

Pour Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU, le sommet de Copenhague peut mener à un succès dans la diminution de la réduction d'émission des gaz à effet de serre et indique qu'il faudrait «profiter de ce moment pour sceller l'accord»[13].

José Manuel Barroso, président de la Commission européenne estime quant à lui, que «les objectifs proposés sont décevants pour certains» et demande à la Chine ainsi qu'à l'ensemble des autres partenaires internationaux de l'Europe «à aller jusqu'aux extrêmes limites de ce qui est envisageable»[14].

Avis des ONG de protection de la nature

Pour l'association de protection de la nature Greenpeace, la présence initialement prévue du président américain Barack Obama n'aurait été qu'une halte avant son voyage à Oslo pour recevoir le prix Nobel de la paix. Son passage au début du sommet (le 9 décembre), au début des négociations, originellement annoncé, n'aurait été, selon eux, pas suffisament significatif d'un réel engagement[15]. Mais il a changé son programme, et ira à Copenhague le 18 décembre[16].

Réaction après la conférence

Notes et références

  1. Le Monde 13/03/2009 Le plus noir des scénarios climatiques se profile
  2. Rtbf. be 26/11/09 Climat : Barack Obama annonce des chiffres et ira à Copenhague
  3. http ://www. lemonde. fr/le-rechauffement-climatique/article/2009/12/05/barack-obama-ira-a-copenhague-le-18-decembre_1276536_1270066. html
  4. Le Monde 26/11/09 Pékin se fixe des objectifs de réduction de gaz à effet de serre
  5. BBC 28/11/2009 Where countries stand on Copenhagen
  6. " (... ) the power to directly intervene in the financial, economic, tax and environmental affairs of all the nations that sign the Copenhagen treaty. "
  7. Janet Albrechtsen Has Anyone Read the Copenhagen Agreement? The Wall Street Journal, 28/10/2009
  8. Andrew Bolt, Will Rudd pay the UN 7 billion? Herald Sun 04/11/2009
  9. Janet Albrechtsen Beware the UN's Copenhagen plotThe Australian 28/10/2009
  10. AFP 02/12/2009 Le Parlement australien rejette le "plan climat" du gouvernement
  11. Rtbf. be 01/12/2009 Climat : volée de bois vert contre la proposition danoise
  12. Rtbf. be 28/11/2009 Sommet sur le climat : le chef du GIEC "confiant sur un succès"
  13. Rtbf. be 28/11/2009 Ban Ki-moon : "Un succès est en vue à Copenhague"
  14. AFP 29/11/2009 Climat : Barroso reste sur sa faim avant Copenhague
  15. Greenpeace 26/11/2009 Copenhague : Barack Obama y va pour la photo, la Chine peut proposer plus
  16. http ://www. lemonde. fr/le-rechauffement-climatique/article/2009/12/05/barack-obama-ira-a-copenhague-le-18-decembre_1276536_1270066. html

Annexes


Liens externes

Bibliographie

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Conf%C3%A9rence_de_Copenhague_de_2009_sur_le_climat.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 08/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu