Cité-jardin de la Butte-Rouge

La cité-jardin de la Butte-Rouge est une cité-jardin française localisée à Châtenay-Malabry. Elle a est membre du projet d'aménagement du grand Paris de 1919.



Catégories :

Cité-jardin - Écoville - Architecture et urbanisme du développement durable - Développement durable - Châtenay-Malabry - Patrimoine du XXe siècle - Logement social en France

La cité-jardin de la Butte-Rouge est une cité-jardin française localisée à Châtenay-Malabry. Elle a est membre du projet d'aménagement du grand Paris de 1919.

«Construire la ville à la campagne», la France a en fait repris le concept d'origine anglaise mais en implantant les cités-jardins en banlieue. Ce mouvement avait pour but un «urbanisme social».

Historique

La cité-jardin de la Butte Rouge est construite entre 1931 et 1940 par les architectes Joseph Bassompierre, de Rutté et André Arfvidson, remplacé par Sirvin et le paysagiste André Riousse. Elle est agrandie de 1949 à 1965 par des immeubles collectifs de type grand ensemble.

Comme d'autres prototypes de cités-jardin, la Butte-Rouge est organisée autour de rues en méandre et d'espaces verts ouverts au public. Quelquefois les bâtiments sont simplement organisés comme blocs indépendants le long des rues et d'autres fois ils forment un dispositif plus défini de cours intérieures. Le paysage est particulièrement verdoyant et la totalité de blocs simples et cubiques avec les jardins dispersés sur l'arrière des bâtiments donne un paysage particulièrement charmant. On notera surtout les escaliers cernés de jardins, rue Lucien-Herr[1]. En plus des appartements, la Butte-Rouge comprend quelques magasins, écoles et d'autres services de communauté (Mairie annexe, Maison de la culture et de la jeunesse, Bibliothèque municipale, Maison de la Justice, Office HLM…).

La première phase de construction de la Butte-Rouge a été stoppée après 1939. La seconde phase a lieu entre 1948-1950. Puis, la dernière phase dans les années 1960. Le changement de conception des bâtiments suit clairement le changement des périodes de construction : des groupes modestes de 2, 4 ou 6 bâtiments de 2 à 3 étages (où, derrière, s'étalent les jardins) fabriqués dans les années 1920, on passe aux blocs plus conséquents (minimum de 5 étages), quelquefois semi-circulaire (la Demi-Lune de Sirvin) ainsi qu'aux barres parallèles de la période 1948-50, pour terminer avec les longues barres des années 1960.

Des tours plus grandes avaient est membre du concept original de la Butte-Rouge. Une uniquement a été construite : une tour de dix étages le long de l'avenue de la Division-Leclerc marquant ainsi une des entrées de la cité jardin. C'est aussi la plus vieille tour HLM de France.

Outre le changement d'architecture, la construction en elle-même a aussi évolué. Ainsi, on passe des bâtiments simples de briques et de stuc aux constructions en béton armé dans la période postérieure. À cet égard, la Butte-Rouge est un excellent reflet (voire un témoignage) de l'évolution des normes de logement et des pratiques en matière sociales françaises de construction du XXe siècle.

La densité assez faible et la verdure abondante combinées avec une conception spécifiquement aboutie a permis d'offrir un excellent niveau d'habitabilité, de qualité et de durabilité. Ainsi, avec ces murs roses et ces toits plats la Butte-Rouge est actuellement un des meilleurs exemples de cité jardin des années 1920 et 1930. Elle est d'ailleurs répertoriée par l'Inventaire général du patrimoine culturel, mais elle ne bénéficie pas de régime de protection au titre des sites ou monuments historiques[2].

Notes et références

  1. Le Guide de la Ville de Chatenay-Malabry, édition 2007-2008, p.  34-35. [pdf] [1]
  2. Notice no IA00077083, sur la base Mérimée, ministère de la Culture.

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Cit%C3%A9-jardin_de_la_Butte-Rouge.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 08/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu