Bien commun

Le bien commun est un principe philosophique représentant ce qui est accessible à tous, comme par exemple des moyens permettant à chacun d'accroître ses propres connaissances.



Catégories :

Aspect politique en rapport avec le développement durable - Développement durable - Éthique

Le bien commun est un principe philosophique représentant ce qui est accessible à tous, comme par exemple des moyens permettant à chacun d'accroître ses propres connaissances.

Le bien commun est aussi devenu par extension une notion d'économie, s'appliquant par exemple à l'eau, ou encore à la biodiversité.

Le bien commun en philosophie

On peut distinguer quatre types de biens communs philosophiques :

  1. Les Instruments intellectuels permettant à chacun de clarifier ses intérêts et ses connaissances (causalité efficiente)
  2. Les supports d'écriture et les logiciels donnant la possibilité la formalisation et la communication de connaissances (causalité matérielle)
  3. Les contrats servant à reconnaître des auteurs de logiciels ou des porteurs de connaissances (causalité finale)
  4. Les témoignages de savoirs, de connaissances ou de compétences (causalité formelle)

Les Instruments intellectuels servant à clarifier des connaissances (causalité efficiente)

Les théories ancestrales de la connaissance proposent des instruments intellectuels utiles à chacun pour clarifier ses connaissances. Ces instruments sont composés de principes logiques, support à un élan méthodique pour tendre vers une connaissance fiable.

Ces principes logiques apparaissent la première fois de façon simultanée dans Timée. Platon y expose les quatre genres de principes appliqués par le démiurge pour créer le monde : intellect, infini, limite et être. Dans Philèbe, Platon reprend ces principes pour concevoir la dialectique, art d'élaborer des discours stables et inébranlables, art qu'il utilise dans la majorité de ses dialogues. Ces principes soutiennent un questionnement, composant un cadre et une trame, une aide à l'accouchement de connaissances, un art du tissage nommé maïeutique.

Aristote enrichit ces quatre principes et élabore un outil intellectuel ultra puissant : les quatre causalités. On ne peut pas clairement et nettement connaître une chose ou un problème sans l'interroger avec ces causalités. Les quatre causalités d'Aristote sont la causalité efficiente (l'énergie), la causalité finale (l'objectif), la causalité matérielle (le moyen) et la causalité formelle (le résultat). Aristote complète cet outil des dix catégories : la substance, la quantité, la qualité, la relation, le lieu, le temps, la position, la possession, l'action et la passion. Les quatre causalités permettent de distinguer une chose ou un problème d'un autre, et les dix catégories, de le décrire sans confusion ni mutilation. Les concepts d'Aristote soutiennent un dispositif universel de classification qui assure l'accord de l'ordre logique et de l'ordre physique. Les choses ne sont pas scindées des idées. Il y une continuité entre modes de vision des choses et leurs modes de représentation ; entre production des choses et génération des idées, entre réel et virtuel.

L'ultra rationalité de la métaphysique d'Aristote a été perpétuée par la théorie de la connaissance de Spinoza. Pour lui, une affection est simultanément chose et idée. Une affection est le résultat de la rencontre d'un corps avec un autre corps. Une affection est aussi une idée qui affirme une force d'exister plus grande ou moindre qu'jusque là. Un désir peut être traduit en action bénéfique, et une affection peut augmenter notre puissance d'agir, si on s'en forge des idées claires et différentes. Spinoza affirme l'existence d'instruments intellectuels communs, ensemble organisé de principes, constituant des remèdes pour traiter nos affections afin d'en pâtir au minimum. Grâce à ces outils, l'homme peut se forger une vision claire et différente de ses affections et désirs, et tendre ainsi vers sa propre perfection, c'est-à-dire persévérer dans son être.

Kant a joué un rôle essentiel pour liquider la métaphysique d'Aristote et ses prolongements, en supprimant surtout les catégories de position et de passion des conditions d'une connaissance fiable. La théorie kantienne tente de séparer les idées des choses concrètes et justifie cette rupture épistémologique par une croyance en un dieu unique complètement indépendant du monde sensible. Sa théorie de la science exclut l'implication des corps et des désirs du champ des connaissances vraies, et hante toujours certaines de nos institutions. Aux théories ancestrales de la connaissance ont été substitué une théorie de la science, pour laquelle seuls les énoncés scientifiques valent. Cette théorie a confisqué des instruments intellectuels communs aidant chacun à élever ses expériences à la problématique et de révéler ainsi ses connaissances à la lumière naturelle, c'est-à-dire clairement et nettement.

1.1.1. Exemple d'un instrument intellectuel d'analyse de son rapport aux autres – à destination de décideurs et de managers

Ces pages forment la proposition d'un instrument intellectuel d'autoévaluation de compétences relationnelles, à destination de managers ou d'animateurs de réseaux. Un utilisateur de cet instrument peut accoucher d'une connaissance claire de ses relations aux autres, grâce à un questionnement complet sur sa manière de prendre place dans les espaces sociaux l'environnant. Cet instrument autorise l'utilisateur une réflexion et une autoanalyse de sa façon de prendre position quant aux autres et par conséquent de participer à l'émergence d'espaces ou de corps sociaux. Cet instrument aide à prendre des décisions de renforcement ou de rééquilibrages de ses pratiques habituels de management ou de coordination.

Ce dernier forme un moyen fiable de décrire clairement et nettement sa façon d'interagir avec les autres pour participer et décider. Grâce à cette connaissance, l'utilisateur pourra peut-être choisir une réorientation ou un renforcement de son mode actuel de production d'espaces sociaux.

Cet instrument intellectuel comprends un questionnement complet sur sa relation aux autres mais aussi des repères pour répondre à chaque question. À chaque question sont en effet associés deux concepts, deux polarités, repérant deux modes d'être opposés.

Le questionnement se compose des quatre questions suivantes :

Question 1.  : L'énergie / la force motrice de la prise de position (causalité efficiente)  :

Quand je donne un ordre ou un avis, Quelle est la nature de ma prise de position quant à autrui ? Position ferme /position généreuse

Question 2.  : La finalité de la relation ? (causalité finale)  :

Quand je donne un ordre ou un avis, Quel est l'objectif de la relation ? Donner / recevoir

Question 3.  : L'environnement de la relation (causalité matérielle)  :

Quand je donne un ordre ou un avis, Quel est le climat de la relation ? Climat de confiance / climat de méfiance

Question 4.  : Le résultat de la prise de position (causalité formelle)  :

Quand je donne un ordre ou un avis, De quel ordre est l'espace qui émerge de la relation ? Espace ouvert / espace cloisonné

Chaque couple de concepts sert à réfléchir et de nuancer une réponse. A titre d'exemple, «position ferme» et «position généreuse» caractérisent deux pôles opposés délimitant un champ de réflexion lorsque la question de la nature de sa prise de position.

La référence exclusive et continue à l'un des deux pôles caractérise un comportement violent, envers soi ou envers les autres.

1. Dimension Énergie : nature du mouvement vers l'autre : fermeté / générosité

La première question est celle de l'origine du mouvement, c'est-à-dire la force motrice, l'énergie, qui impulse une prise de position quant à l'autre.

Question : Quand je donne un ordre ou un avis, Quelle est la nature de ma prise de position ? Plutôt «position ferme» ou «position généreuse» ? Quel dosage entre les deux ?

Avec fermeté, j'impose ma position dans l'espace. Je me permet d'occuper un moment une place qu'un autre aurait pu prendre.

Avec générosité, j'autorise un autre à intervenir dans l'espace commun, à une place que j'aurais pu prendre.

La fermeté a pour but l'utilité de soi uniquement. La générosité a pour but l'utilité d'autrui aussi.

L'extrême de la fermeté est convoitise. L'extrême de générosité est renoncement / abnégation.

L'indifférence est un attribut commun à ces deux extrêmes.

2. Dimension finalité de la relation à autrui : donner / recevoir

La seconde question concerne la finalité de l'action. La finalité est ce qui oriente le mouvement.

Question : Quand je donne un ordre ou un avis, quelle est la finalité de ma prise de position quant à autrui ?

La finalité est-elle plutôt de donner ou de recevoir ? Quel dosage entre les deux.

En donnant, on fait gagner du temps à un autre.

En recevant, on gagne du temps grâce à un autre.

L'extrême du donner est «sacrifice». L'extrême du recevoir est «abuser».

Un juste milieu entre donner et recevoir : partager, dialoguer, échange réciproque.

3. Dimension environnement relationnel : climat de la relation : confiance / méfiance

La cause matérielle est la condition de l'action, du mouvement. Sans matière, une énergie ne peut pas s'inscrire. Concernant un espace virtuel de relation, la matière est le climat qui invite ou pas à l'action.

Question : Quel est le climat de la relation ?

Plutôt un climat de confiance ou un climat de méfiance ?

Dans un état de confiance, je prends l'autre pour un allier envisageable.

Dans un état de méfiance, je prends l'autre pour un agresseur envisageable.

La confiance se fonde du respect, tandis que la méfiance, d'une peur de l'autre.

L'extrême de la confiance est naïveté (ou innocence ?). L'extrême de la méfiance est paranoïa. Un juste milieu entre confiance et méfiance est la prudence.

4. Dimension Espace / corps : nature de l'espace généré : ouvert / cloisonné

Une forme est le résultat d'actions sur une matière. A titre d'exemple, la forme sculptée naît des gestes de l'artisan sur la pierre. Des relations entre personnes dans un certain climat naît aussi une forme, un espace commun.

Un espace social spontannée émerge des relations et ne le précède pas. A titre d'exemple, lorsque deux personnes se parlent, elle génère un espace de parole, ou lorsque deux personnes dansent, un espace de danse, un corps collectif.

Question : De quel ordre est l'espace qui émerge de la relation ?

L'espace est-il plutôt ouvert ou cloisonné ? Un espace ouvert est susceptible de changer de forme ou de configuration lorsque un nouveau membre intervient ou un membre existant change de position.

Un espace cloisonné n'offre pas la possibilité à un membre nouveau de participer et ne change pas de configuration lorsque un membre existant ne change de posture.

L'extrême de l'espace ouvert est la foule. L'extrême de l'espace fermé est le clan.

Un juste milieu entre ouvert et cloisonné est «réseau par cooptation».

Conclusions :

Des applications à développer de cet instrument sont par exemple :

Une aide à l'autoanalyse de son rapport à la cellule familiale lors de l'enfance

Lors de mon enfance, comment mon père ou ma mère ont-ils eu tendance à m'accompagner au sein de de la cellule familiale ? (Analyse des effets d'une surprotection maternelle ou de l'abandon par son père par exemple. )

L'utilisateur de cet instrument pour répondre à ces questions est plus fort pour clarifier certaines sources de problèmes relationnels actuels et par conséquent d'y remédier.

Une aide à l'autoanalyse de son rapport au couple

Dans mon couple, comment ai-je tendance à intervenir dans l'espace commun ?

(Analyse d’une relation de couple déséquilibré, en termes de disproportion entre féminin et masculin ou de cristallisation de posture dominant/dominé, …).

L'utilisateur de cet instrument sera plus apte à analyser les éventuelles inscriptions d'habitudes de rapport dominant / dominé ainsi qu'à dépasser certaines oppositions.

Une aide à l'autoanalyse de son rapport au travail

Dans ma vie professionnelle, comment ai-je tendance à intervenir dans l'espace de travail ?

(Analyse des relations de collaboration, cristallisation de posture dominant/dominé, …).

L'utilisateur de cet instrument sera plus apte à comprendre l'intérêt commun de travailler en réseau.

Les contrats servant à reconnaître des auteurs de logiciels ou des porteurs de connaissances (causalité finale)

Les témoignages de savoirs, de connaissances ou de compétences (causalité formelle)

Bien commun au sens économique

Liste des biens communs

Dans la pratique, il existe des divergences d'opinions sur la liste des biens à classer comme des biens communs.

L'eau, l'air, la diversité des espèces vivantes sont généralement reconnus comme des biens communs.

C'est fréquemment le cas pour l'éducation, la santé, l'environnement, ou alors l'énergie (mais là se pose le problème d'éviter le gaspillage).

Les logiciels, les médicaments, les gènes, les semences agricoles font l'objet d'une lutte virulente entre ceux qui voudraient en faire des biens communs universels et ceux qui tentent de se les approprier surtout à travers l'extension du domaine des brevets (brevets logiciels, brevets sur le vivant... ).

Bien commun et génome

La biodiversité, c'est à dire la complexité naturelle du vivant est en partie identifiable en détaillant le patrimoine génétique des êtres vivants, qu'on nomme aussi le génome.

La question du bien commun ne se pose pas vis a vis de la complexité du monde vivant, mais sur la mise en évidence de son expression génétique. Concrètement, c'est un débat qui concerne par exemple une société de pharmaceutique qui a breveté un gène lié au cancer du sein.

John Sulston, prix Nobel de médecine 2002 apportent un éclairage sur la relation entre bien commun et génome :

«Mais la séquence du génome est une découverte, pas une invention. Comme une montagne ou un torrent, c'est un objet naturel qui existait déjà, ­ pas avant nous, certes, mais avant que nous nous rendions compte de sa présence. Pour moi, la Terre est un bien commun, et même si nous y érigeons des barrières, il est préférable qu'elle n'appartienne à personne. Si une région prend de l'importance parce que son paysage est spécifiquement beau ou parce qu'elle abrite des espèces rares, alors oui, il faut la protéger comme bien commun. [1]»

Bien commun et économie

Les biens communs ont fait l'objet d'études de la part des économistes. On peut citer surtout l'économiste Carl Menger, fondateur de l'école autrichienne d'économie, dont la pensée fut inspirée par l'éthique à Nicomaque d'Aristote, par l'école de Salamanque (XVIe siècle), et par les classiques français.

Carl Menger s'est penché sur la gestion des biens communs que sont l'eau, l'air, ...

Notes et références

  1. John Sulston, Le Monde Diplomatique, décembre 2002, p. 28, 29

Voir aussi

Lien (s) externe (s)

http ://lebiencommun. lalibreblogs. be/

Recherche sur Google Images :



"pour le Bien Commun"

L'image ci-contre est extraite du site boutique.girolle.com

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (378 x 542 - 34 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Bien_commun.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 08/12/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu